Guyonne Le Louarn                   - Viola, Violin, Chamber Music.  Performer and Teacher



         Contact:                guyonnelelouarn@gmail.com


As a teacher, I try to understand the difficulties and the needs of each of my pupils. I try to steer the student on a path that goes from learning how to hold the instrument, to how to find, express and share their feelings, as well as nurturing their imagination and giving them the drive to accomplish something by themselves for themselves. It cannot be done without the moral support of the families, because adults know a little better than a child does. Because together, we foresee the good of standing by a commitment to practice. Because we know and anticipate that time needs time and good things are worth waiting and working for. We know it will help the child to tackle school and university. We know it will help the future adult to apprehend life, adversities and decisions with the peace of mind that knowledge conveys, and the comfort of knowing what they can achieve.
Together, we can make sure our children grow with a sense of belonging to a world that has a past and therefore a future.
As a performer, I do not produce anything. At the end of a concert, the audience does not leave with a tangible object. Unlike engineering or construction, there is nothing concrete or real happening except that the audience shared an ethereal moment with the performer. Whether the audience liked or disliked the performance. They felt something. The audience members got in touch with their feelings and emotions and hopefully will get a memory to take home.
That is what I am thriving for on stage and that is what I dare to teach to a new generation, which I think, is sadly turned towards an immediate use of knowledge, discarding anything that is not of concrete and instantaneous use.

It takes about 15 years to foster a musician amateur or professional. The starting years are hard, particularly with strings, not because it squeaks, but much more because we need to learn discipline, tenacity, hard work and introspection at an early age when we just want to get out and play obliviously. Violin has that particularity to get a child to face the reality of “I did it or I didn’t do it right” from the very first day. 
We need to plant the seed and awaken the curiosity for this “Useless knowledge” called General Culture in our Children to open up to them the wonderful world of endless imagination, infinite possibilities and projects, one note at a time.

        ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
En tant que professeur, je cherche à comprendre les difficultés et les besoins de chacun de mes élèves. J'essaie d'orienter les étudiants sur un chemin qui va d'apprendre à tenir l'instrument, à la façon de trouver, exprimer et de partager leurs sentiments, ainsi que nourrir leur imagination et les incitant à accomplir quelque chose par eux-mêmes pour eux-mêmes. Cela ne peut se faire sans le soutien moral des familles, parce que les adultes savent un peu mieux que l'enfant. 
Parce qu'ensemble, nous prévoyons le bien de se tenir aux engagements de pratique. Parce que nous savons et nous prévoyons que le temps a besoin de temps, que les bonnes choses valent la peine d'attendre et de travailler.
Nous savons que cela armera l'enfant pour l'école et l'université. Nous savons que cet enseignement aidera le futur adulte à appréhender la vie, les adversités et les décisions avec la tranquillité d'esprit que donne les connaissances , et le confort de savoir ce qu'il peut réaliser.
Ensemble, nous pouvons nous assurer que nos enfants grandissent avec un sentiment d'appartenance à un monde qui a un passé et donc un avenir.

En tant qu'interprète, je ne produis rien. A la fin d'un concert, le public ne repart pas avec un objet tangible.Contrairement à l'ingénierie ou à la construction, rien de concret ne se fait, sauf le partage d'un moment éthéré et éphémère avec l'interprète que le public ai aimé ou haï la performance. Chacun a ressenti quelque chose.Chaque membres de l'auditoire est entré en contact avec ses sentiments et émotions et chacun, je l'espère, repart avec un souvenir.
C'est ce que j'essaie d'obtenir à chaque concert et c'est ce que j'ose enseigner à une nouvelle génération, qui, je pense, est malheureusement tournée vers une utilisation immédiate des connaissances, rejetant ce qui n'est pas de l'utilisation concrète et instantanée.

Il faut environ 15 ans pour favoriser la naissance d'un musicien amateur ou professionnel.Les premières années sont difficiles, en particulier avec les cordes, non pas parce que cela grince, mais beaucoup plus parce que nous devons apprendre la discipline, la ténacité, le travail acharné et l'introspection à un âge précoce où nous voulons juste sortir et jouer inconsciemment. Le violon a cette particularité de mettre un enfant face à la réalité de "J'ai fait ou je n'ai pas bien fait les choses" et ce dès le premier jour.

Nous avons besoin de semer et d'éveiller la curiosité pour cette «connaissance inutile» appelé la culture générale en nos enfants pour voir s'ouvrir à eux, le monde merveilleux de l'imagination sans fin, des possibilités et des projets infinis , une note à la fois.








Guyonne M.  Le Louarn
250-686-9609


Website Builder provided by  Vistaprint
MapQuest Terms and Conditions Maps/Directions are informational only. User assumes all risk of use. MapQuest, Vistaprint, and their suppliers make no representations or warranties about content, road conditions, route usability, or speed.